Sakina Maman: de comédienne de théâtre à actrice de film Dandalin soyayya

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 4417 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
Par Bello Marka Publié le 13/11/2013
#####
 

Décider de faire carrière en tant que comédien de théâtre n'est pas chose aisée pour un artiste à Zinder. Mais Sakina Maman a pris sur elle le pari de relever ce défi en faisant d'ailleurs plus: de la scène, passer à l'écran pour s'imposer comme l'une des pionnières du film Dandalin soyayya dans la région. Parcours de cette ambassadrice de la culture nigérienne qui a sillonné les dix départements de la région en portant vers les populations rurales ce message: luttons contre toutes les formes de violences faites aux femmes!

  "Je m'appelle Sakina Maman. Je suis née en 1976 à Zinder".

C'est par ces mots simples portés par sa voix mélodieuse pleine de chaleur que Sakina, cette comédienne de la compagnie théâtrale Zindirma, aussi animatrice à la radio privée Shukurah FM, entourée par ses cinq enfants, accepte de nous recevoir dans l'intimité de la maison familiale sise au quatrième arrondissement, à juste cent mètres au nord du CEG 5, où elle habite depuis qu'elle a divorcé.

Le théâtre, elle dit l'avoir commencé voici plus de douze ans. "J'ai embrassé le théâtre parce que cette discipline culturelle me plait. En plus, je me sens me retrouver en lui".

Et c'est avec la troupe Nazari, dont elle est l'une des premières comédiennes, que Sakina commence cette aventure de la scène.

"La première pièce dans laquelle j'ai joué, nous dit-elle non sans émotion,traite d'un problème de l'heure : celui du Sida". Et c'est toujours avec la troupe Nazari qu'elle fait sa toute première tournée durant laquelle elle joue dans plus de quarante spectacles, en sillonnant le canton de Gafati, à une quinzaine de kilomètres à l'est de la ville de Zinder.

Et, depuis, c'est pour cette artiste dont le talent est au naturel, et qui aime mettre la rigueur et l'esprit du travail bien fait en bonne place dans ses démarches de créatrice, une suite de tournées et de spectacles. Le département de Magaria, celui de Tanout, dans la région de Zinder. Puis, Maradi, Niamey, etc. Ensuite, elle quitte la troupe théâtrale Nazari et entre dans la Compagnie théâtrale Zindirma. "Je me plais dans Zindirma. Depuis bientôt trois mois, nous effectuons une tournée de sensibilisation dans les 10 départements de la région de Zinder. C'est à hauteur de mes attentes. Cela me réconforte. Les gens apprécient ce que nous faisons" laisse-t-elle entendre.

Une fois entrée dans le monde de la culture, elle se marie quelque temps après.

"Mon mari avait accepté de me laisser continuer une carrière de comédienne dans laquelle il m'avait trouvée". À la remarque faite qu'un autre mari, -dans ce milieu pour qui la place de la femme est loin d'être sur la planche-, lui aurait peut-être interdit de poursuivre sa carrière, elle répond, détendue : "le mien n'aurait pas eu raison de m'en empêcher. D'ailleurs, il avait vite compris qu'il serait difficile de m'arracher à ma passion. Au plus, faire du théâtre me permet de gagner un bon revenu".

Durant sa carrière de comédienne, Sakina reconnait avoir connu des bas. "Mais c'est humain , dit-elle en souriant. Ce n'est pas tous les jours qu'on dort dans son lit". Elle ajoute : "Surtout, ce qu'il faut pour pouvoir évoluer au dessus des écueils,c'est de savoir composer avec la mentalité des gens qui regardent comme dévergondée une femme artiste".

De cette même carrière de comédienne, elle garde un bon souvenir, le meilleur. "C'était, nous confie elle, en juin 2011. Zindirma devait présenter un spectacle retransmis en direct sur la radio privée Anfani de Zinder". La comédienne se tait pendant quelques secondes avant de reprendre à demi-voix:  "J'ai joué le rôle principal féminin dans ce spectacle dont le thème est : connaitre et respecter les droits de l'enfant".

Elle se tait de nouveau. Elle tire la fermeture de son sac à main beige et sort une tranche de kola blanche. En la croquant, elle reprend, comme si elle se parle à elle-même "Ce jour-là, face à un public venu nombreux, et un autre, plus nombreux encore, qui nous suivait à l'antenne, une émotion forte mais contenue avait pesé sur moi. En effet, j'étais enceinte et plus précisément j'étais à deux semaines de l'accouchement de mes jumeaux".

Depuis quelque temps, Sakina joue dans les films Dandalin soyayya. Elle a joué son tout premier rôle dans Binguel 1, qui passe depuis sur les télés locales et dont le VCD affiche épuisé. En attendant le prochain épisode de ce film, elle joue déjà dans "Wa ya san gobe" qui va paraître très prochainement.

À cette heure où la femme a besoin de se faire entendre, elle ne manque pas d'en appeler à ses sœurs; "Nous devons nous engager et embrasser ces carrières qui libèrent la parole et lèvent certains tabous qui perdurent qui portent entrave à notre liberté de femmes".

À savoir si elle songe à se remarier un jour, Sakina est directe. "Je compte bien me remarier. J'ai de nombreux prétendants. Mais mon mari sera plutôt un artiste. Je préfère un compagnon qui va m'aider à me réaliser dans mon art.Si Dieu le veut bien!"

À l'instar des autres artistes qui luttent pour que les autorités nigériennes accordent un peu plus d'intérêt à notre culture, elle en appelle aux artistes en leur disant: " Unissons-nous comme un seul afin d'assurer notre place au soleil"

Bello Marka

mercredi 13 novembre 2013

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Musique moderne et traditionnelle
#####
Rencontre avec Harouna Chanayé
Musique moderne et traditionnelle
#####
Zoom sur Binta

Calendrier
Newsletter