Rencontre avec Kazanova

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1809 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
Par Webmaster  Publié le 27/11/2015
#####
 

Amadou Daouda, alias Kazanova, est slameur, il tient son nom d’artiste d’une amie belge qu’il a rencontré à Tillabéry dans le cadre d’échanges entre la ville de Juvissy et la ville de Tillabéry. Il a découvert le slam il y a une vingtaine d’année à travers le film américain « Pretty Woman » avec Julia Roberts et Richard Gere.

 Parles-nous de ta première rencontre avec le slam.

Pretty Woman. Au début de ce film on montrait un américain qui scandait des paroles. Je pensais que c’était de la poésie. Je me rappelle toujours de la première phrase qui disait « vivez comme si vous ne devez jamais mourir, vivez comme si vous allez mourir dans la seconde qui suit, vivez, voilà New York, cette ville pleine de vie, cette ville où personne ne s’arrête, cette ville qui ne dort jamais, cherchez-vous, trouvez-vous votre objectif, donnez-vous les moyens de les atteindre ». Ces paroles m’ont beaucoup ému. Etant déjà imprégné du rap importé (j’écoutais MC Soolar, Menelick, etc.), j’écrivais des textes rap en solo et je venais lire au CCFN des œuvres littéraires, ce qui m’a donné le goût d’écrire davantage. Au fond de moi je savais que ce que j’écrivais se démarqué de la poésie, mes textes étaient relativement plus longs que la poésie. Ce n’est qu’en 2007 avec l’album « midi vingt » du français Grand Corps Malade que j’ai vraiment connu le slam. La même année à Tillabéry, j’ai appris qu’un certain Tsunami était à Niamey pour donner une formation de slam avec la collaboration de l’Association FOFO. La première fois que j’ai dit un texte de slam devant une grande foule c’était à la place de la concertation lors du concert contre les accords de partenariat économique, il y avait plus de 3 000 personnes. Lorsque j’ai commencé à dire le texte, le public était béat, pensant que c’était juste une introduction, pensant que la musique allait arriver après, mais non rien de tout cela. Le slam lorsqu’il claque, il attire l’attention et tout le monde se tait. Ce n’est pas un texte où à la fin duquel on veut que les gens fassent une ovation ou quelque chose comme ça. Vous n’avez pas besoin de faire un verbiage ou une juxtaposition de gros mots, il faut juste vous faire comprendre, écrire ce que les gens veulent entendre, ce qu’ils veulent dire. Les gens ont pris le temps de m’écouter et à la fin, les ovations ont fait que des étudiants m’ont invité à l’université pour d’autres prestations le même soir.

Un texte slam, a-t-il besoin d’être nommé ?

Un texte slam n’a pas besoin d’un titre, le texte dit son titre à travers celui qui l’écoute. Un slam, il est toujours ouvert, à la fin d’un texte slam il faut ouvrir le débat. Dans un texte vous pouvez critiquer pour détruire alors il faut vous donnez le temps de reconstruire. Il ne s’agit pas comme dans le rap de dire non on a marre de ceci ou de cela. Lorsque vous dites votre pensée dans un texte, l’homme étant imparfait, vous ne pouvez pas vous arrogez le droit de dire que tout le monde à tort, ouvrez le débat, posez une question, faites en sorte de ne pas affirmer gratuitement. Selon moi, le titre d’un texte slam est donné par l’auditeur lui-même. Dans le slam vous n’avez pas besoin de faire une versification, de chercher des rimes coute que coute, de forcer des rimes. Le slam c’est la voix de l’écrit, parce que pour moi le meilleur livre qui soit écrit a un gros handicap, c’est qu’il est muet. Seule la parole donne aux écrits une forme et une vie, voilà pourquoi je préfère dire mes textes slam que de les écrire et les laisser dans un livre. Un texte a une vie, c’est à vous le slameur qui le dite de faire respirer, de donner une vie, un sens, de créer les émotions, les sentiments auprès des auditeurs par votre respect de la ponctuation du texte. Le slam dépasse maintenant le niveau musical, le slam dépasse le niveau de la poésie, c’est la poésie lyrique. Le slam existe depuis le temps des faux bourdons, ces bouffons qui faisaient rire les rois bien avant les Voltaires, les Molières. En Afrique nous, nous avons la tradition orale et ce n’est pas forcement ce qui est écrit qui reste comme étant œuvre littéraire. Ce qui n’est pas écrit est plus dense et plus nombreux en tant qu’œuvre que ce qui est écrit pour nous en Afrique. Je pense que dans toutes les civilisations bien avant l’écriture la parole humaine a toujours été le premier moyen de communiquer la culture.

Qu’est-ce qu’on a dans un texte de slam, des vers ou des phrases ?

Dans le slam on a des vers, on respecte bien sûr les distiques, les tercets, les quatrains, les alexandrins, bref, toutes les formes de versification ainsi que les rimes (plates, embrassées, croisées, etc.). Au-delà de cela un slameur peut créer ses propres rimes. Je peux faire des rejets, exemple : rejeter un mot de la fin d’une phrase au début d’une phrase suivante, je peux couper en plein milieu d’un mot, je fais une césure, je rejette ou bien j’absorbe un mot de la prochaine phrase. Donc il y a l’absorption, il y a l’apostrophe, il y a le rejet, il y a toutes ces formes de versification, toutes ces formes d’écritures dans le slam. Lorsqu’un slameur force la rime ça se sent dans le texte et ça sent la carence par rapport à la maitrise de la langue. Je ne peux pas créer de toute pièce une rime là où elle ne doit pas l’être. On peut aussi se permettre de créer des mots, des suffixes, des préfixes, l’essentiel c’est de faire comprendre la racine du mot. Le slameur doit connaître la portée des mots, il faut mesurer. La maitrise de la langue est primordiale, il ne s’agit pas de faire le cuistre, un étalage de savoir mal assimiler, d’avoir des dictionnaires. Il faut écrire dans un langage dans lequel on se sent, avec lequel on est prêt à répondre à n’importe quelle question. Je ne peux pas cueillir un mot dans un dictionnaire pour dire qu’autour de ce mot je vais écrire un texte slam ou bien que je vais utiliser ce mot dans un slam. Certains mots n’ont pas de sens sans contexte, chacun peut lui donner son sens et il y a des mots sur lesquels il n’y a pas équivoque, donc si on ne maitrise pas la langue on peut se tromper. Un slameur doit toujours avoir en tête d’écrire d’une manière à se faire comprendre, comme Bob Marley l’a dit : « si tu veux insulter l’homme blanc parle lui dans sa langue d’homme blanc, si tu veux insulter l’homme noir parle lui dans sa langue d’homme noir ».

En quoi le slam pourrait-il contribuer au développement ?

Le slam se veut d’abord éducateur ensuite médecin. Le slam ne fait pas seulement les diagnostics des problèmes sociaux qui sont là, le slam propose toujours des raisonnements. Dans les années 70 les américains avec le rythm and blues, le funk, le smurf, le break dance, jusqu’au rap, n’ont fait que dénoncer et dénoncer. En Europe, les français qu’on a le plus écouté ici au Niger et la diaspora noire qui vivait là-bas n’ont fait que dénoncer et dénoncer. On ne fait que dénoncer et on ne propose rien. Le slam veut se démarquer de tout ça et le slam doit se démarquer de tout ceci puisqu’il se veut un art intellectuel. Dans le débat intellectuel lorsque vous détruisez vous devez proposer la manière dont on doit reconstruire. Lorsque par exemple on voit des gens corrompus le slam doit dénoncer et proposer des solutions. L’éducation est une finalité définie par la constitution d’un pays. L’éducation consiste à faire des enfants de la nation des hommes et des femmes utiles à la société capable de prendre en charge la nation. Quand je dis éducation je parle de l’éducation avec la formation dans toutes spécialité d’un corps de métier, avec l’instruction et tout ce qui s’en suit pour faire de la jeunesse une élite de demain.

Que signifie le mot slam ?

Slam est un mot anglophone. « to slam » veut dire « claquer ». Claquer les doigts, claquer une porte, claquer la raquette de basket, claquer les dents. Lorsque vous dites un slam vos paroles doivent claquer, claquer ici veut dire interpeler, interpeler pas seulement l’attention mais jusqu’à la conscience de votre auditeur, il doit sentir ce que vous dites et non entendre seulement. Voilà pourquoi on n’a même pas besoin de changer, de traduire le slam de l’anglais au français, peut être que bientôt l’académie française va accepter de mettre le verbe ‘slamer’ en vigueur. Moi j’ai déjà utilisé ‘to slam’, je l’ai utilisé comme verbe dans un de mes textes, je l’ai francisé. Je rappelle aux slameurs que le slam ne se veut pas travesti, le slam on ne le fait pas pour du fric, on le fait parce qu’on veut contribuer à l’œuvre nationale et internationale. J’ai mal lorsque j’entendr des slameurs qui se rabaissent et qui rabaissent le slam. Le slam est arrivé à son point culminent partout dans le monde, c’est un art qui est impersonnel et intemporel, il n’a ni début, ni fin. Quel slam préfères-tu, le slam accompagné ou non accompagné ? Le meilleur slam lorsqu’il est dit il n’a pas besoin de musique, la musique fait partie même des choses qui travestissent le slam. Naturellement lorsque l’on slam, on interpelle et il doit y avoir un silence de cimetière, seule votre voix brise ce silence, il y a des émotions, il y a des sensations auprès de vous-même qui le dites et auprès de ceux qui l’écoutent.

Walter Issaka

vendredi 27 novembre 2015

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Musique moderne et traditionnelle
#####
Rencontre avec Harouna Chanayé
Musique moderne et traditionnelle
#####
Zoom sur Binta

Calendrier
Newsletter